Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 Sibylle Reyne - A flower inside your head.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sibylle Reyne


avatar

Messages : 66

MessageSujet: Sibylle Reyne - A flower inside your head.    Dim 4 Nov - 11:11




Sibylle Reyne


Citoyenne de Skuld
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
    Présentation
    Nom ♦ Reyne
    Prénom ♦ Sibylle
    Age réel ♦ 19 ans.
    Age apparent ♦ Allez savoir. Certains me donnent 14 ans d'autres 22.
    Sexe ♦ Femminain
    Quartier ♦ Skuld. Encore et toujours Skuld.
    Fonction ♦ Fleurist. Je suis la quatrième génération. C'est un truc de famille, on a la main verte !
    Orientation sexuelle ♦ Hétéro.
    Tic ou habitude ♦ Claquer des doigts tout le temps, pour tout et rien. Quand je cherche mes mots, ou même quand je cherche un objet. Ou alors pour me motiver quand j'ai la flemme de faire quelque chose. Claquer des doigts c'est un vieux tic que j'ai pris quand j'étais gamine. Je n'y arrivais pas et un jour mon frère a passé toute une après midi à m'apprendre. Au final j'étais tellement fière que je claquais de doigts tout le temps. Et puis c'est resté. Sinon, y a donner des petites tapes sur la tête des jumeaux dès que je les croise, embrasser Mamina à chaque fois que je sors ou que je rentre et qu'elle est là. Même si c'est cinq fois dans la journée à quinze minutes d'intervalle !


Caractéristiques


Description physique ♦ Alors sur ce point-là, il va falloir tenter d'être objectif... Commençons par le début. Je suis pas quelqu'un de complexée qui en fait des tonnes avec son physique. C'est vrai que je suis pas vraiment fan de mon nez. Ni de mon allure générale en fait. Mais j'ai pas non plus envie de changer. Mon frère m'a raconté des trucs tordus sur ces filles d'Edwin qui se ruinent en interventions chirurgicales... très peu pour moi. En fait, je me suis habituée à me voir dans la glace telle que je suis et changer mon apparence serait vraiment perturbant. Parce que je trouve mon nez pas très joli. Mais je m'y suis habituée et je l'ai adopté malgré tout.
J'ai un visage assez rond avec des petites pommettes assez marquées et assez hautes. J'ai les yeux bruns comme à peu près tous les membres de ma famille et le petit nez légèrement retroussé sur le dessus de mon père et de ma grand-mère. Bref un visage assez classique en fait, ni laid ni particulièrement beau quoique parfois qualifié de "mignon" (je n'ai pas encore déterminé comment je devais le prendre d'ailleurs...). mes cheveux c'est un des trucs chez moi que j'aime le plus. J'en prends grand soin. Quand j'étais petite, ma grand-mère passait son temps à me dire que j'avais de beaux cheveux, ça doit être pour ça. Ils me descendent un peu plus bas que les épaules, mais je les attache souvent en gros chignon assez haut. C'est assez joli et assez pratique aussi quand j'ai la tête dans un pot de fleurs. Ha oui et il y a ma frange. Des années que je la porte, ça m'énerve mais je n'arrive pas à m'en défaire alors elle reste là, encore et toujours.
Du reste je suis pas particulièrement grande, ni particulièrement petite: 1m61 aux dernières nouvelles, c'est juste comme il faut je trouve. Quand j'étais gosse, à l'école on m'avait surnommé "Siboulle" parce que j'étais une vraie bouboule. J'étais toute petite et -on va pas se le cacher- limite grosse. Et puis d'un coup vers... 10 ans, je me suis mise à grandir, mais sans continuer à prendre du poids. A la puberté, quand j'ai commencé à avoir des formes, il s'est avéré que j'avais la même anatomie que ma mère: Des os très fins et pointus qui se voient beaucoup et des formes assez généreuses. C'est pas que j'ai des fesses ou des seins énormes mais disons que mon buste, ma taille et mes hanches sont assez marquées. (Franchement j'ai des petits seins. Mais c'est très bien comme ça, c'est moins encombrant !). Le truc c'est que tout ça, ça me donne une apparence toute menue, toute maigrichonne. Parfois j'ai de client qui me questionnent sur ma santé. Oui, les os de mes omoplates, mes clavicules et le haut de ma colonne se voient beaucoup. Mais quand même, on va pas en faire une maladie ? Si ?
Et puis je m'en fiche un peu d'avoir l'air d'un sac d'os, de toute façon je suis pas particulièrement féminine. Pas parce que j'ai pas envie, au contraire. Parce que j'ai pas le temps. Ma mère à bien essayé de m'habituer à porter des jupes, des jupons et des corsés, comme les trois quarts des femmes de Skuld. Mais moi, je m'obstinais à piquer les salopettes que mon frère mettait pour aller à la mine avec papa. Beaucoup plus pratique quand on a les mains dans la terre et l'engrais toute la journée. Au moins, la salopette si je la salie, c'est pas très grave. Enfin ça c'est pour quand je travaille; (mais c'est que je travaille beaucoup !) Le reste du temps c'est chemise de mon père ou mon frère et Jean (pas facile facile à trouver à Skuld, mais on s'adapte..)
Enfin bon vous l'aurez compris, je suis pas vraiment un canon de beauté (en tout cas j'y mets pas vraiment du mien..) Ni une mocheté, mais au final, je me plais très bien comme ça.

Description mentale ♦ Vous allez trouver ça un peu clicher, mais le truc le plus important à mes yeux, ça reste ma famille. C'est une priorité, rien ne saurait passer avant mes frères, ma soeur, ma grand-mère. C'est grâce à eux que je suis devenue celle que je suis aujourd'hui. Ma grand-mère surtout, c'est elle qui m'a transmis sa passion des fleurs. Quand j'aime quelque chose je m'y investie à fond ! Je suis quelqu'un de terriblement têtue. Je suis du genre à me battre pour mes convictions, même si la cause est désespérée. Et j'ai beaucoup trop de fierté pour changer d'avis même quand je sais pertinemment que j'ai tort. Certaines personnes confondent la ténacité avec la confiance en sois. Moi aussi pendant longtemps, j'ai cru être une fille qui avait confiance en elle et qui se foutait de tout. Mais être têtue n'a rien à voir. Alors oui, j'en ai rien à faire si les gens que je croise dans la rue n'aiment pas comment je suis habillée, ou si on me prend de haut parce que je ne suis pas de cette noblesse que tout le monde admire. Mais quand il s'agit de personnes que je connais et qui ont une réelle importance à mes yeux, tout devient très différent: parce que toutes ces personnes sont celles que j'ai peur de perdre, que j'ai peur de décevoir, que j'ai peur de blesser et aux yeux de qui j'ai peur de paraitre ridicule, ennuyeuse... Les gens que j'aime sont ceux à qui je me confis le moins et à qui je fais croire que tout va bien. J'ai toujours été de caractère enjoué et c'était pour cela que les gens m'appréciaient. Alors, quand j'ai des passages à vide, je ne dis rien. Parce que j'ai peur que cette facette de ma personnalité les déçoivent, ou manque d'intérêt ou... je sais pas. Mais j'ai pas assez confiance en moi pour me confier aux gens que j'aime. Ou alors, j'ai peut-être pas assez confiance en eux... Allez savoir. Donc oui je suis têtue. Mais non, ça ne fait pas de moi quelqu'un de fort.
J'ai jamais trop aimé l'école. Je préférais apprendre les choses par moi-même, observer ce qu'il se passe autour de moi, discuter parfois, lire beaucoup, être ouverte toujours. S'il devait y avoir une philosophie Sibyllienne, ça serait de ne jamais ce contenter de ce que l'on a ou ce que l'on sait, mais de toujours vouloir plus. Aller plus loin, c'est ça que j'aime. Innover, me creuser la cervelle, faire toutes sortes de choses. C'est pour ça que quand j'étais petite, j'aimais autant assister ma mère dans la cuisine familiale qu'observer les machines de la mine avec mon frère. Et j'aimais autant m'occuper des fleurs que me servir d'une caisse à outil. Le résultat c'est une fille de 19 ans, qui à (à peu près) les plus belles fleurs de Skuld et qui sait réparer (à peu près) tout dans une maison aussi bien que ces messieurs.
Par contre, s'il y a une chose qui ne m'a jamais attiré, c'est bien les animaux. Non, décidément les bestioles c'est vraiment pas mon truc. Déjà, je leur fais la guerre sur les plantes: Moucherons et autres chenilles sont mes pires fléaux. Je tolère les abeilles, mais c'est surtout pour l'écosytème planétaire. Je tolère aussi les chevaux parce que si non, on n'a pas fini ! Par contre, j'ai une peur bleue des chiens. Oui, je sais, le meilleur ami de l'homme BLABLABLABLA! On peut pas tout aimer dans la vie, hein ! Toute façon je suis une trouillarde. Quand j'étais enfant je croyais à tous les monstre que mon frère inventait sous mon lit et toutes les histoires qu'on raconte aux enfants pour qu'ils se tiennent tranquilles me terrifiaient (du coup j'étais pas une gamine difficile.) En gros, j'ai peur de tout. Le moindre coup de vent est prétexte à l'apparition d'un fantôme et le moindre bruit suspect, à un cambriolage.
Sinon, j'aime que les gâteaux soient découpés en part parfaitement égales, l'eau très très très chaude et l'odeur de notre boutique.

Signe particulier ♦ J'ai une assez importe tâche de naissance en plein milieu du dos. Vous savez cet endroit qui est censé être le seul de notre corps qu'on ne peut pas toucher. Oui, et bien elle est là. J'ai aussi souvent les mains toutes égratignées à cause des fleurs et des sécateurs. Et puis j'ai une cicatrise de brulure sur le cheville gauche. Avec Dan on a joué un peu trop près d'une chaudière à la mine.
Histoire


Histoire ♦
Mon frère jumeau et moi, somme nés dans notre petite maison de Skuld située dans la douzième heures. Mes parents avaient déjà un fils appelé Simon, Daniel (ou Dan) et moi, nous sommes ajoutés à la petite famille. Ma mère n'était pas au courant qu'elle attendait des jumeaux. Et donc quand j'ai pointé le bout de mon nez, derrière mon frère, c'était assez inattendu. Vinrent par la suite, Gregory et Henry, eux aussi jumeaux (mais des vrais cette fois.) quand j'avais trois ans et puis Anna, quand j'ai eu six ans. Oui, mes parents étaient un couple relativement fertile. (avoir deux fois d'affiler des jumeaux, fallait le faire.)

J'ai grandi entre la mine et la boutique de fleure familiale que tenait ma grand-mère paternelle (plus connue sous le nom de Mamina). Elle était située au rez-de-chaussée de notre maison (toujours familiale, côté paternel) qui comprenait deux étages supplémentaires. Et derrière la maison, non avions un tout petit jardin avec une serre, où nous faisions pousser pratiquement tout ce que nous vendions (Et c'est encore le cas aujourd'hui).

Dan et moi écoulions donc des jours heureux parmi cette joyeuse troupe. Mon père travaillait à la mine et ma mère s'occupait de ses innombrables enfants à la maison, tout en aidant Mamina qui commençait doucement à fatiguer. Dan et moi aussi aidions beaucoup; Surtout parce que à l'heure d'arroser les plantes du jardin, nous trouvions toujours un prétexte pour déclencher une bataille d'eau. Simon n'avait qu'un an de plus que nous et il se joignait toujours à nos jeux. A l'école j'avais quelques amis, mais mes frères restaient mes camarades de jeux favoris, nous étions très proches tous les trois. Toujours fourrés quelque part à tenter de nouvelles expériences. Mais il est vrai que j'étais encore plus proche de mon jumeau. Dan, je crois que c'est la seule personne qui pourrait tout connaitre de moi, même ce dont je n'ai pas conscience. Dan c'est un morceau de moi, ma moitié manquante, mon meilleur ami.
Nous n'aimions pas beaucoup aller à l'école. (pourtant nous n'étions pas mauvais). Mais vivre dans une maison aussi active que la nôtre, voir mon père, ma mère et Mamina se démener pour nous tous alors que nous passions notre temps à étudier, ne nous ravissait pas. Nous n'avions pas beaucoup d'argent. Juste assez pour que tout le monde puisse manger à sa faim mais c'était pas non plus le grand luxe. Vraiment pas. Alors, à 16 ans, quand nous avons pu arrêter nos études, nous nous sommes mis à travailler. Simon et Dan allaient à la mine avec papa et moi je travaillais à la boutique avec Mamina.

C'est à cette période que ma passion pour nos fleurs est réellement apparue. Bien sûre, elles m'avaient toujours attirées, mais je ne pensais pas en faire définitivement mon métier. "Regarde-les, écoute-les... Elles te parlent, elles communiquent avec toi." Me disaient Mamina. Peut-être que nous étions un peu folle sur les bords mais c'était vraiment l'impression que cela donnait : nos fleurs étaient vivantes. Elle étaient de petits êtres dépendants et éphémères sur les-quels nous devions veiller, jusqu'à ce qu'elles se fanent définitivement. Il faut dire que cette boutique est dans notre famille depuis cinq générations. Mais je suis seulement la quatrième génération de fleuriste, car nous en avons sauté une. En effet, Mamina n'a eu que des garçons et il s'est avéré qu'aucuns n'était vraiment emballé à l'idée de récupérer l'entreprise familiale. Mais moi, je m'en faisais une grande joie ! En un ans je suis devenue une vraie professionnelle. Et grâce à cela, nous pouvions maintenant vendre nos fleures au marché en plus de la boutique. En effet, nous habitons très loin du marché couvert et Mamina n'était pas assez en forme pour s'y rendre avec son étal. Mais moi je pouvais facilement les faire. j'ai un amis qui a une voiture à cheval, alors il me la prête deux fois par semaine. En échange je lui répare des trucs chez lui, lui fais à manger... des fois je lui offre même des fleurs.
Un jour quand j'avais 17 ans, il y a eu une grosse dispute entre mon père et Simon. On n'a jamais vraiment sus ce qui s'était passé. Mais deux jours plus tard, Simon est parti vivre à Edwin. On ne l'a jamais revue depuis. Il nous envoie des lettres de temps en temps, mais on ne sait pas vraiment ce qu'il fait la-bas. Nous avions toujours été une famille très unie. Et même si ce n'était pas rose tous les jours (loin de là), je pensais que cette vie là plaisait quand même à tout le monde. Mais il faut croire que je faisais erreur. C'était un peu comme si Simon avait "rompu" avec nous tous. Dan disait qu'il finirait par revenir. Moi je ne disais rien, je ne savais pas et de peur d'être déçue je préférais ne pas m'avancer sur la question. J'ignorais si je devais en vouloir à mon père du départ de mon frère, mais même si ça avait dû être le cas, c'était beaucoup trop difficile pour moi. Avec mon père on avait une relation assez particulière. Je crois que même s'il ne l'a jamais dit, et que je culpabilise un peu de penser ça, j'étais en quelque sorte sa préférée.

Après cet épisode assez sombre ma mère en voulait beaucoup à mon père (comme quoi...) alors, la vie est devenue beaucoup moins drôle à la maison. C'est la que Dan et moi on a commencé a trainer à la Tarverne au Crane. Mon père aussi d'ailleurs. Il buvait un peu plus que d'habitude. Mais c'était quelque chose de commun chez les mineurs.

Enfin voilà: il y a un an, on a retrouvé le propriétaire de la mine mort assassiné. Mon père et lui s'étaient disputés la veille à propos de jumeaux (qui avaient suivi l'exemple de Dan et Simon et avaient commencé à travailler). A priori, il voulait les faire travailler plus longtemps et plus profond. Mon père refusait catégoriquement, les disant beaucoup trop jeune pour un travail aussi dangereux. Mais a priori, leur dispute avait été assez violente verbalement. Alors, forcément, c'est vers mon père que se sont tournés les soupçons. Un père de famille d'une quarantaine d'année avec peu de moyen, un peu porté sur la bouteille, colérique, qui s'était disputé avec la victime quelques heures avant les faits... Qui pourrait faire un meilleur coupable ?
Ils l'ont donc jeté en prison. Et nous on ne pouvais rien faire, on n'était pas vraiment des noble, encore moins des riches, on n'avait pas la moindre influence. Et à Skuld, ce n'est pas vraiment important si les choses ne sont pas justes, tant qu'il y a quelqu'un pour être puni.

Ma mère était folle de colère et de chagrin et ma grand-mère était beaucoup trop sage pour le montrer. Sans mon père tout est devenue plus difficile. On a vraiment du mal à joindre les deux bouts. Et comme si ça suffisait pas, il y a six mois c'est Dan qui à décidé se s'en aller. Il est parti pour Edwin, rejoindre Simon. Je lui en ai beaucoup voulu. Encore aujourd'hui d'ailleurs. Il m'a envoyé quelques lettres, j'y ai répondu très brièvement. Et si pour Simon je préférais ne pas nourrir d'espoir, je le fais pour Dan, parce qu'il est mon autre moitié et que c'est difficile de vivre avec une seule moitié de sois-même. Maintenant, notre maison semble bien vide comparé à lorsque j'étais enfant.

Même si ma mère et mes frères ont bien vite baissés les bras, j'ai décidé de me battre pour mon père. Alors depuis un an je mène ma petite enquête personnel. J'ai commencé à découvrir pas mal de phénomène étrange à Skuld. D'autres meurtres aux coupables accusés sans preuve réelles, des disparitions étranges, des agressions particulièrement suspectes... Je me demande si mon père est mêlé à l'une de ces histoires bizarres, je n'ai pas osé lui en parler durant mes visites. C'est vrais que j'ai pas mal de travail alors ça n'avance pas bien vite, mais je tiens bon ! J'ai besoin d'y arriver. Entre papa en prison, ma mère a moitié dépressive et mes frères qui sont partis, j'ai besoin de croire en quelque chose, d'avoir un but au-quel me raccrocher, un objectif bien précis à atteindre.

Enfin bon, j'ai quand même de la chance dans mon malheur: il me reste mes fleurs et Mamina.

Que sait-il des évènements surnaturels de Point du Monde ? ♦ Pour l'instant pas grand chose. Mais j'y travail...
Que sait-il du monde extérieur ? ♦ Rien du tout. Franchement, quand j'étais ado, mon rêve c'était découvrir le monde mais au final, j'ai d'autres préoccupations. Aller à Edwin ou à Cybèle serait déjà un bon début.
Que sait-il des Élus ? ♦ C'est un groupe de rock ?
A-t-il déjà été attaqué par des Monstres ? ♦ Personnellement non, mais je crois bien que quelque chose à tué l'homme pour le meurtre du quel mon père est actuellement en prison.
Croit-il aux Monstres ? ♦ Oui. De toutes façons, je crois à tous les trucs effrayants qui existent sur cette planète.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Dernière édition par Sibylle Reyne le Mar 6 Nov - 22:34, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sibylle Reyne


avatar

Messages : 66

MessageSujet: Re: Sibylle Reyne - A flower inside your head.    Mar 6 Nov - 11:09

Voili voilou, je crois que j'ai fini x3


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Dernière édition par Sibylle Reyne le Mar 6 Nov - 21:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Joshua Thacker


avatar

Messages : 241

MessageSujet: Re: Sibylle Reyne - A flower inside your head.    Mar 6 Nov - 11:47










Félicitations !
Note de Joshua


Han ♪
Je crois que je suis folle de joie de te compter comme membre sur notre forum ! Tu imposes vraiment le contexte à l'histoire de tes personnes et c'est particulièrement plaisant à chaque fois !
C'est donc avec un grand plaisir que je valide à nouveau une de tes fiches ! Re-bienvenue parmi nous, et maintenant va, va RP !

Petit ps : il reste beaucoup de fautes dans ton textes, pas mal d’inattention mais quelques-unes sont vraiment gênantes, comme les exemples ci-dessous. Je te laisse un peu de temps pour te relire, mais je pense pouvoir te donner un petit coup de pouce pour que tu puisses faire une razzia dans les fautes ! Le site [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] est un peu le bonheur des gens qui font ce genre de petites erreurs. Il m'aide vraiment depuis des années, et je pense que si tu passais tes textes sur ce site, ça le ferait ! *w*
Bref, MP moi ou met un petit mot quand tu auras relu histoire que je déplace ta fiche avec les autres validées :3

Sibylle a écrit:
- Ni laid ni particulièrement beau quoique parfois calcifié de "mignon".
- Skuld située dans la douzième 12 heures.
- Veinrent par la suite, Gregory et Henry, eux aussi jumeaux (mais des vrais cette fois.) quand j'avais trois ans et puis Anna, quand j'ai eu si ans.
- Moi je ne disais rien, je ne savais pas et de peur d'être dessus


D'ici là, tu peux quand même commencer à RP!
Encore bienvenue ! <3



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Everyone I know goes away. I will let you down or I will make you hurt. I hurt myself today,
To see if I still feel. I focus on the pain, the only thing that's real. What have I become ?
I wear this crown of thorns full of broken thoughts. You are someone else.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Sibylle Reyne


avatar

Messages : 66

MessageSujet: Re: Sibylle Reyne - A flower inside your head.    Mar 6 Nov - 22:35

J'suis contente que tu m'aimes même si je suis une vrai bouse en orthographe :')

Hum ban j'ai relue, j'ai fais ce que j'ai pue. BonPatron j'y vais déjà ! J'y passe tout ce que j'écris (200 mots à la fois, la méga galère Very Happy), je pense être en cas désespéré... Mais c'est gentil de m'aider quand même ;_;


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Jehiel Arawn


avatar

Messages : 173

MessageSujet: Re: Sibylle Reyne - A flower inside your head.    Mer 7 Nov - 2:01

Ne t'en fais pas, on est tous passés par là je crois. Et puis on fait tous des fautes (Il suffit de jeter un coup d'oeil à mes RP's, ils sont bourrés de fautes x_x ). Le tout, c'est de prendre son temps quand on se relit et de s'arrêter pour se demander si le "peu" qu'on a écrit prend un T parce qu'il est un verbe ou s'il n'en prend pas parce qu'il désigne une quantité, si le a est avec accent ou pas, tenter de toujours bien accorder son verbe avec le sujet etc. Ca prend du temps mais c'est jamais du temps perdu :3
En tout cas, je déplace ta fiche avec les autres.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« Hier était le monstre et Demain sera l'ange ; Le point du jour blanchit nos fronts »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sibylle Reyne - A flower inside your head.    

Revenir en haut Aller en bas
 

Sibylle Reyne - A flower inside your head.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Maëlys, Michael ∳ It's scary inside my head.
» maxim romanov { « monster don’t sleep under your bed, they sleep inside your head. »
» baik do hyun ✿ every voice that cried inside my head
» she's never where she is. she's only inside her head (sahar)
» DART to Haiti - Words of Thanks to Canadian Head of State

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Horatius Island ::  :: Présentations :: Citoyen :: Validé-